Contenus

/ Contenus / Notre étude « Les Nouvelles Nations » / 2ème sphère d’influence : Les groupes d’intérêt

Free thinking from Grayling people

Notre étude « Les Nouvelles Nations » / 2ème sphère d’influence : Les groupes d’intérêt

25 septembre 2018


On trouve de nombreux réseaux au sein des villes, se définissant par leur localisation géographique et les intérêts / causes autour desquels ils s'unissent. Certains d'entre eux sont formels et bien établis, d'autres très informels et éphémères ; mais tous autant qu’ils sont exercent de l'influence. Aussi, toute entreprise qui poursuit une stratégie centrée sur la ville et les ignore, le fait à ses risques et périls.

 

Une voie à double sens

On peut comprendre que les individus soient passionnés par les questions locales ou par l'impact local des politiques nationales et, s'ils ont la chance de pouvoir s’engager de manière significative, ils ne manqueront pas la moindre opportunité de le faire. Au Royaume-Uni, le rapport Grayling sur l'Etat de l'Engagement a révélé que 75 % des personnes déclarent qu'il est important à leurs yeux que la population locale ait son mot à dire sur les projets de logement et d'infrastructure qui leur sont proposés ; une proportion similaire (78 %) estime qu'il est important que la population locale ait voix au chapitre sur les changements majeurs dans la façon dont les services de santé leur sont fournis localement. Les résultats d’enquêtes menées dans d'autres parties du monde sont approchants.

Les individus souhaitent être consultés et la technologie actuelle leur permet de le faire encore plus facilement.

Alors qu'autrefois, la "consultation" pouvait se faire via la parution de quelques avis placardés dans une bibliothèque municipale, la communication digitale permet aux organisations d'avoir un véritable dialogue avec les individus dont la vie peut être affectée par les initiatives qu'elles envisagent d'introduire ; dans le domaine de la réorganisation des services publics, de leur modernisation, des projets de réaménagement urbaine, etc. Cela va plus loin : elles peuvent aussi répondre à leurs questions, leurs préoccupations, en temps réel, au fur et à mesure que la consultation progresse.

Ce type d'engagement peut véritablement être comparé à une voie à double sens. Les échanges en ligne permettent dorénavant aux personnes de se regrouper au niveau local et de se mobiliser rapidement, en s'organisant de manière plus professionnelle et plus efficace qu'auparavant. Le corollaire : leur poids n’en est que plus conséquent lorsqu’il s’agit d'influencer un changement - sans avoir à plier face à un mastodonte.

 

Là aujourd’hui, toujours là demain

De nombreux groupes d'intérêts surgissent du jour au lendemain autour de questions précises et peuvent tout aussi rapidement se dissoudre (ou évoluer) une fois la question résolue, tandis que d'autres sont aussi bien établis que l'infrastructure d'une ville.

Les Chambres de Commerce, les groupes de volontaires (tels que le Rotary International), les groupes d’intérêt (les clubs, dans le domaine sportif ou autre) ont tous un enracinement profond au sein de leurs communautés, des relations privilégiées avec les autorités locales, les médias et les autres réseaux, et ont la capacité de façonner les opinions. Même si les villes voient leur taille s’accroître, l’influence de ces derniers n’est pas près de fléchir.

 

« Nouvelle Nations » et groupes d’intérêt : les leçons à retenir

1/ Les personnes sont beaucoup plus enclines à s’engager sur des sujets qui les intéressent directement que pour des causes nationales.

2/ Du fait de la technologie qui a permis d’optimiser le dialogue et le temps de réponse, les individus peuvent le faire de façon simple et plus rapide.

3/ Les groupes d’intérêt peuvent être formels et établis (par exemple les Chambres de Commerce), ou informels et éphémères (par exemple les activistes bataillant pour une cause en particulier), mais tous sont influents et définissent les contours du débat au cœur des villes.

 


Grayling Team

Derniers éléments de contenu

29 novembre 2018


Chère Victoria’s Secret, j’aimerais vous aider…

Danica Ross, Directrice Services Client au sein de Grayling US, nous livre son point de vue sur les malheurs de la célèbre marque américaine de lingerie sexy, de tenues de sport / de nuit et de...

En savoir plus

27 novembre 2018


Placer l’expérience client au centre de la réflexion

Loretta Ahmed, CEO de Grayling Moyen-Orient et Afrique, nous révèle la toute dernière des tendances de notre panorama 2019, vu par Grayling. Celle pour les marques consistant à avoir conscience de...

En savoir plus

26 novembre 2018


Quelle mesure et quelle évaluation dans un futur proche ?

Alors que Le Mois de la Mesure 2018 de l’AMEC touchera bientôt à sa fin, Loretta Ahmed et Stephanie Stamatakou se penchent sur ce à quoi le futur devrait ressembler lorsque l’on parle mesure...

En savoir plus