Contenus

/ Contenus / Notre étude « Les nouvelles nations » / 4ème sphère d’influence : les gouvernements municipaux

Free thinking from Grayling people

Notre étude « Les nouvelles nations » / 4ème sphère d’influence : les gouvernements municipaux

2 octobre 2018


Les grandes villes ont un poids économique colossal. Le corollaire : leur forte influence politique. Partout dans le monde, les maires des villes disposent de pouvoirs stratégiques et exécutifs considérables, ce qui signifie que les décisions concernant tous les champs d’application, du domaine public aux politiques d'investissement étranger, peuvent être prises par une femme, un homme ou un petit groupe de conseillers. La façon dont ces décisions peuvent être influencées et mises à profit est une question fondamentale pour beaucoup.

 

Décentralisation

L'atteinte d'un équilibre optimal des pouvoirs entre les gouvernements nationaux et les autorités locales est une question à laquelle les pays du monde entier sont confrontés depuis des décennies. Elle ne se limite pas aux grands pays ou aux grandes économies et aucun pays n'est un état complètement unifié - chaque état est au moins composé de municipalités qui constituent des unités décentralisées. Le degré de décentralisation ou de décentralisation du pouvoir varie considérablement d'un pays à l'autre, tout comme les motivations ; mais le consensus est que, depuis les années 80, la tendance mondiale est à un accroissement de la décentralisation. Selon l’OCDE, en 2016, on comptait près de 138 000 gouvernements infranationaux dans les 35 pays membres de l' OCDE seulement. Et il ne fait guère de doute que cette tendance est due, du moins en partie, au pouvoir économique croissant des villes.

Mais cette décentralisation crée une tension inévitable entre les gouvernements des pays qui, de façon générale, souhaitent maximiser le contrôle de tout ce qui a trait à la politique et la fiscalité, et les villes, qui ont un fort sentiment d'identité et reconnaissent l'influence qu'elles exercent grâce à leur puissance économique.

Cette tension se manifeste de bien des façons, surtout lorsque les villes sont en désaccord avec les politiques du gouvernement national.

Le professeur Graham Wilson, directeur de l’Initiative relative aux villes au sein de l'Université de Boston, a noté qu'aux États-Unis, la tension entre le gouvernement fédéral et les villes existe depuis un certain temps, mais qu'elle est devenue plus marquée sous la présidence de Trump. Nous voyons maintenant les villes et les états s'attaquer de plus en plus aux questions liées à l'immigration, aux changements climatiques et au maintien de l'ordre - domaines politiques traditionnellement pris en charge par le gouvernement fédéral.

Aux Etats-Unis, ce que l’on appelle les ‘villes sanctuaires’,  les ‘salles de bain transgenresles fractures et d'autres problèmes sont devenus des paratonnerres pour la tension qui existe entre les villes et le gouvernement fédéral (et/ou des états).

Mais cette tension est plus complexe que le simple affrontement "nous contre eux" ; les gouvernements municipaux et fédéral doivent souvent collaborer pour résoudre des problèmes complexes. La réponse de l'Allemagne à la crise persistante des réfugiés en est un bon exemple.

L’Allemagne a reçu deux fois plus de demandes d’asile qu’aucun autre pays européen et les villes en ont été les premières victimes, devant trouver des moyens de faire face à l'afflux tout en étant confrontées aux pressions qui s'exercent actuellement sur le logement et les services publics. Le cadre allemand de répartition des fonds et des dépenses entre le gouvernement fédéral, les Länder et les villes, impose des charges inégales aux villes-états (Berlin, Brême, Hambourg) et aux grandes villes ; les taux de remboursement uniformes du gouvernement fédéral ne tiennent pas compte des variations du coût du logement, du coût de la vie et des dépenses par habitant en services sociaux. Mais les villes allemandes et les cités-états se sont multipliées et ont trouvé des moyens novateurs de répondre à cette question. Leur expérience leur permet de s'asseoir à la table des décideurs nationaux sur cette question et éventuellement sur d'autres questions connexes.


Les villes, acteurs internationaux

Les clivages urbains/ruraux ont toujours existé mais, ces dernières années, ils se sont prononcés davantage (ou du moins de façon plus évidente), du fait que les citadins les plus socialement libéraux se comportent et votent dans un sens et ceux qui vivent en dehors des grandes agglomérations ont des points de vue diamétralement opposés, semble-t-il. Prenez pour illustration les résultats des élections présidentielles américaines de 2016, le résultat du référendum Brexit au Royaume-Uni et les résultats des élections qui ont suivi en France, en République Tchèque et en Hongrie. Les électeurs ruraux, pour l'instant du moins, obtiennent ce qu'ils veulent.

Il n'est donc peut-être pas surprenant que, lorsqu'il s'agit de positions politiques, de nombreuses villes fassent jouer leurs muscles, s'étendent au-delà de leurs frontières nationales et des positions de leurs dirigeants nationaux, pour se tailler une place sur la scène mondiale.

L'exemple le plus médiatisé est la réaction contre le retrait du gouvernement américain de l'Accord de Paris sur le climat, sous la présidence de Trump. À la suite de cette annonce, une coalition de villes, d'états, d'entreprises et d'universités des États-Unis s'est engagée à continuer à respecter les engagements de l'Accord de Paris. L’année suivant l'annonce de Donald Trump, plus de 2700 dirigeants d'états, de villes et d'entreprises - représentant 159 millions d'habitants et 6,2 billions de dollars de PIB - ont signé l’engagement de l’Amérique.

 

Nouvelles technologies

Ces villes reflètent, bien sûr, les points de vue de leurs habitants, plus jeunes, plus variés et plus progressistes sur les questions sociales. La technologie donne aux gouvernements la possibilité d'être plus réceptifs, à tous les niveaux.

Comme l'indique l’étude réalisée par Grayling ‘Me, Myself and AI’, de nombreuses administrations locales font l'essai de nouvelles technologies qui les rendent à la fois plus accessibles et plus responsables. Si la cybersécurité reste le poste de dépense le plus important, nous avons également assisté à l'introduction des chatbots, à l'utilisation accrue du cloud et même à des incursions dans l'intelligence artificielle, tous destinés à améliorer le fonctionnement des villes. En parallèle, les technologies connectées appliquées transforment les villes en smart cities, les rendant plus sûres, mieux connectées et plus efficaces sur le plan énergétique.

Mais au-delà de la gestion effective des villes, la technologie peut aussi rapprocher les citoyens et leurs élus. La plupart des membres de la sphère politique sont assez avisés pour reconnaître les avantages d’un dialogue avec leurs électeurs via les réseaux sociaux et les pétitions en ligne donnent aux individus l'occasion de porter à l'attention des conseils municipaux des questions qui, autrement, n'auraient pas reçu de temps d'antenne.

 

« Nouvelle Nations » et gouvernements municipaux : les leçons à retenir

1/ La tendance à long terme de la décentralisation des gouvernements dans le monde entier concentre plus de pouvoir et d'influence entre les mains des villes - leurs maires, leurs représentants élus et leurs fonctionnaires.

2/ Dans de nombreux cas, cette influence s'exerce au niveau national, voire international, surtout lorsque les gouvernements nationaux se trouvent en désaccord avec les populations des villes sur les politiques environnementales et sociales.

3/ Les avancées technologiques ne permettent pas seulement aux villes de fonctionner mieux, plus vite et de façon plus intelligente. Elles permettent aussi aux élus et aux électeurs de collaborer de façon plus étroite, en les rendant plus réceptifs et plus responsables.

 


Grayling Team

Derniers éléments de contenu

29 novembre 2018


Chère Victoria’s Secret, j’aimerais vous aider…

Danica Ross, Directrice Services Client au sein de Grayling US, nous livre son point de vue sur les malheurs de la célèbre marque américaine de lingerie sexy, de tenues de sport / de nuit et de...

En savoir plus

27 novembre 2018


Placer l’expérience client au centre de la réflexion

Loretta Ahmed, CEO de Grayling Moyen-Orient et Afrique, nous révèle la toute dernière des tendances de notre panorama 2019, vu par Grayling. Celle pour les marques consistant à avoir conscience de...

En savoir plus

26 novembre 2018


Quelle mesure et quelle évaluation dans un futur proche ?

Alors que Le Mois de la Mesure 2018 de l’AMEC touchera bientôt à sa fin, Loretta Ahmed et Stephanie Stamatakou se penchent sur ce à quoi le futur devrait ressembler lorsque l’on parle mesure...

En savoir plus